RELIGIONS ET VIOLENCE
Published Date:17 juin 2020

Depuis les attentats du 11 septembre, le monde – et pas seulement l’occidental – vit à l’heure du terrorisme d’inspiration islamiste. Après New York, il y a eu Madrid, Londres, Paris, Nice, sans compter la lancinante série des attentats et des massacres en Syrie, au Pakistan ou au Nigéria. Cette réalité a contribué à associer fortement, dans les esprits de beaucoup de nos contemporains, religion et violence. Mais ce lien existait bien avant dans les esprits et le Pape Jean Paul II, avec la rencontre d’Assise (1986), avait déjà voulu s’inscrire fortement en faux contre cette idée et montrer le désir de paix des grandes religions du monde. Ce désir de s’opposer de façon décidée au lieu commun associant religion et conflits se remarque aussi dans la récente déclaration signée à Abu Dhabi le 4 février 2019 par le Pape François et le grand imam de Al-Azhar, Ahmad Al-Tayyeb : « Nous déclarons – fermement – que les religions n’incitent jamais à la guerre et ne sollicitent pas des sentiments de haine, d’hostilité, d’extrémisme, ni n’invitent à la violence ou à l’effusion de sang »[1].

This article is reserved for paid subscribers. Please subscribe to continue reading this article
Subscribe