Numéro  2018   December
« DÉRACINER LA CULTURE DE L’ABUS ». La Lettre du pape François au peuple de Dieu

La Lettre du pape François au Peuple de Dieu[1] marque un moment décisif dans la vie de l’Église. Cette lettre, considérée avec celle que le Pape adressa à la Conférence épiscopale du Chili en avril[2], est un exemple de leadership inspiré qui possède toutes les caractéristiques pastorales, concrètes, spirituelles et prophétiques de son pontificat. Le pape dénonce les « profondes blessures faites de douleur » chez les victimes et dans l’Église, conséquences des abus sexuels perpétrés par des prêtres, des évêques et des cardinaux, et appelle à une conversion radicale de l’attitude qu’il appelle « cléricalisme ». C’est un devoir qui ne peut être...

LA PRÉSENCE CHINOISE EN AFRIQUE

La présence chinoise est devenue notable dans toute l’Afrique, de l’est à l’ouest, du nord au sud, à travers différents projets, tels la construction d’infrastructures et des investissements en divers secteurs. En passant par Addis-Abeba, capitale de l’Éthiopie et de l’Union africaine (Ua), on ne peut manquer de remarquer les nouveaux bureaux flambant neufs construits par la Chine ou le nouveau réseau ferroviaire qui relie l’Éthiopie à la mer. Il y a quelques mois, le Kenya a officiellement inauguré la ligne ferroviaire qui relie la capitale Nairobi à Mombasa (la plus grande ville de la côte orientale) et qui a...

FRANÇOIS ET LE SCANDALE DES ABUS AU CHILI. Les lettres aux évêques et au saint Peuple fidèle de Dieu

Une blessure ouverte, douloureuse et complexe, qui saigne depuis longtemps : ainsi pourrait-on définir le scandale des abus qui ont frappé la société et l’Église du Chili. Nous essaierons ici de rendre compte du processus mis en œuvre par François pour guérir cette plaie. Étant donné qu’il s’agit d’un processus en cours, nous présenterons une chronologie des faits principaux et des progrès accomplis. Nous établirons donc une réflexion sur les critères de jugement utilisés par le pape pour éclairer cette réalité dans laquelle nous sommes « tous impliqués », comme il l’a dit aux évêques de ce pays. Un événement significatif, qui en...

L’IRLANDE ENTRE PASSÉ ET FUTUR

L’Irlande est restée pour une bonne part exclue de la « modernité ». Pendant le « long xixe siècle », tandis que dans le reste de l’Europe se répandaient l’industrialisation, l’urbanisation et la sécularisation, et que l’on rejetait les préceptes de la tradition, l’Irlande – et en particulier l’Irlande catholique – avait autre chose à faire. Alors que quelques pays traditionnellement catholiques commençaient à mettre en doute la prééminence de l’Église, les catholiques irlandais devenaient plus actifs et plus fidèles. Les causes en étaient des raisons historiques particulières. Les premiers siècles après saint Patrick – qui a vécu entre 385 et 461 –, le...

CORPS ET CHAIR. Fondements patristiques dans Irénée et Tertullien

L’être humain a-t-il un corps ou est-il un corps ? La philosophie, en particulier la phénoménologie, est le domaine d’étude qui a le plus traité de cette question. Cependant, la théologie aussi a beaucoup à dire et doit approfondir la question à partir du dialogue avec les données philosophiques, car, parmi d’autres raisons, le christianisme est la religion du Corps du Christ. « C’est en l’homme. C’est en l’entier de l’homme. Pas seulement l’esprit, mais aussi le corps. Pas le corps séparé, mais la chair comme présence, parole, esprit. C’est en tout ce qui habite l’homme, y compris l’obscur et l’en-bas, repris,...

LE DESPOTE ET LE PAUVRE NABOT. Une histoire sans fin

« L’histoire de Nabot est antique dans le temps, mais dans la réalité, c’est une histoire de tous les jours[1] » : Ambroise commence ainsi le récit du pauvre Nabot assassiné par le roi Achab afin de s’emparer de sa vigne. Nabot de Yizréel, Achab de Samarie, sa femme Jézabel et le prophète Élie sont les personnages du premier livre des Rois, où l’on raconte l’aventure[2]. Les protagonistes du temps passé sont : le roi, puissant et riche de tout bien, qui convoite aussi une petite vigne jouxtant ses interminables propriétés ; l’épouse et instigatrice du délit ; ensuite le pauvre qui n’a qu’une modeste vigne...