L’ÉCLIPSE DES DROITS DE L’HOMME. 70 ans après la “Déclaration universelle des droits de l’homme”
Published Date:17 juin 2020

70 ans se sont déjà écoulés depuis l’approbation, le 10 décembre 1948, par l’Assemblée générale des Nations unies — réunie à Paris, au palais de Chaillot —, avec la Résolution n° 217/III, de la « Déclaration universelle des droits de l’homme », qualifiée par ses rédacteurs de « Code de morale internationale ». La Déclaration naissait au terme de trois décennies terribles, au cours desquelles deux Guerres mondiales se sont déroulées, et au début de la « Guerre froide » et de la menace de l’utilisation des armes nucléaires entre superpuissances. Dans ce scénario historique, dans les années au cours desquelles — après l’Holocauste — avait jailli cette question cruciale : « Comment peut-on parler de Dieu, après Auschwitz ? », la Déclaration représente le rachat de la conscience sociale mondiale[1].

This article is reserved for paid subscribers. Please subscribe to continue reading this article
Subscribe