« L’EAU N’A PAS D’ENNEMIS » Disponibilité et accessibilité de l’eau : Une valeur éthique
Last Updated Date : 5 février 2021
Published Date:2 juin 2020

« L’eau n’a pas d’ennemis » dit un proverbe qui circule dans le sud du Nigeria. Dans ces régions, l’eau, en plus d’être omniprésente dans les dictons populaires, a inspiré les noms de beaucoup de personnes : par exemple, Ameze, dont le nom complet est Ameze i si ofo, signifie « l’eau douce ne fait pas transpirer » ; Amenaghawon, qui est en réalité Amenaghawon i le s’omwan, littéralement « l’eau à laquelle vous avez droit ne vous manquera jamais » ou « le destin d’une personne est unique » ; Eze i mwen eghian, qui se traduit littéralement par « la rivière n’a pas d’ennemis » ; Amenovbiye, qui transforme métaphoriquement l’eau en frère, à la manière de saint François : « sœur eau », « frère eau ».

Le plus étonnant est que ces appellations récurrentes sont renforcées par une spiritualité répandue qui vénère l’eau comme une divinité. Elle est incarnée par Olokun, la déesse de l’eau, de l’abondance, de la fertilité et de la prospérité, qui, dans son essence aqueuse, régit la biologie et l’économie de la vie.

Ce sont des idées simples mais fondamentales qui imposent à leur tour une responsabilité morale à la communauté mondiale : préserver et conserver les ressources hydriques, les soutenir et les entretenir, les protéger et en prendre soin avec respect, et cela s’applique aux puits et aux sources, aux fontaines et aux ruisseaux, aux rivières et aux lacs, dont nous dépendons tous pour notre subsistance et notre survie. Le pape François confirme cette conviction dans l’encyclique Laudato si’ (LS) : « [L’eau] est indispensable pour la vie humaine comme pour soutenir les écosystèmes terrestres et aquatiques. Les sources d’eau douce approvisionnent des secteurs sanitaires, agricoles et de la pêche ainsi qu’industriels » (LS 28).

Outre le respect, l’ensemble de cette spiritualité qui considère l’eau avec déférence est résumé dans une déclaration formulée par Christiana Peppard, professeure de théologie, de science et d’éthique à l’Université de Fordham : « L’eau potable est une condition à la fois sui generis et sine qua non pour les êtres humains et les écosystèmes[1] ».

This article is reserved for paid subscribers. Please subscribe to continue reading this article
Subscribe