L’ASTHME ET LA GRÂCE-Entretien avec Martin Scorsese
Last Updated Date : 13 octobre 2020
Published Date:24 septembre 2020

« La vie n’est pas quelque chose qui nous glisse dessus, mais un mystère stupéfiant, qui suscite en nous la poésie », a déclaré le Pape François lors d’une audience récente. Puis, il a poursuivi : « Quand cette dimension poétique manque à une personne, disons, quand la poésie manque, son âme est boiteuse »[1]. Pour cette raison, j’ai pensé contacter le réalisateur Martin Scorsese : en lui la vie a provoqué la poésie. Lors des rencontres que j’ai eues avec lui à Rome et à New York, nous avons beaucoup parlé de vie et de poésie, notamment à l’occasion d’une interview que j’ai faite pour « La Civiltà Cattolica »[2]. Je voulais, donc, maintenant savoir comment il avait vécu cette période de confinement forcé dû au coronavirus. Quels sont les échos et les résonances ? Nous avons échangé questions et réponses, dans un dialogue qui n’a pas été long, mais qui a été préciséé à sept reprises par le réalisateur, parce qu’il voulait être très précis en parlant d’une expérience qui l’a profondément touché.

This article is reserved for paid subscribers. Please subscribe to continue reading this article
Subscribe