LA CRISE ÉCONOMIQUE GLOBALE
Last Updated Date : 5 février 2021
Published Date:26 août 2020

Depuis fin décembre, un nouveau virus, le Covid-19, met notre vie en danger. En même temps, il paralyse et menace la survie d’une bonne partie de notre système de production. Cette urgence sanitaire sans précédent a déclenché une crise économique très grave, dont la profondeur sera déterminée par la durée de la pandémie qui nous frappe.

 

Face à une récession profonde et rapide

Étant donné la priorité non négociable de la vie humaine, vaincre la pandémie passe indéniablement en premier. Le défi que nous partageons tous est d’éviter l’effondrement du système de santé, mais il est tout aussi vrai que nous souffrons de dégâts économiques de l’épidémie, qui ne cessent de s’aggraver. Ce qui a commencé avec la fermeture de la province chinoise de Wuhan en janvier est une récession unique dans l’histoire, la plus intense et la plus rapide que le monde à jamais connue. La dynamique qui s’est déclenchée peut nous faire revenir à des niveaux similaires à ceux enregistrés dans le sillage de la « grande récession », après la grave crise financière de Wall Street en 2008. En quelques semaines, nous nous trouvons plongés dans une perspective économique non moins morose que celle, mémorable, des années 1930. Le bouleversement déclenché par l’infection du virus asiatique est nouveau à tous points de vue. La note la plus sensationnelle de ce choc économique, en fait, est son originalité délétère. Elle ne provient pas d’un effondrement du système financier ou d’une surproduction non absorbée par les marchés : elle est le résultat d’un phénomène naturel défavorable et fortuit qui ne peut être attribué à la mauvaise gestion du système économique par ses agents. Un virus a réussi à faire exploser la chaîne de production mondiale, dont l’un des premiers engrenages se trouve aujourd’hui en Chine.

Une économie moderne est un réseau complexe de parties interconnectées : travailleurs, entreprises, fournisseurs, consommateurs, banques et intermédiaires financiers. Puis, il y a les opérateurs, les clients, les créanciers etc. Si l’un de ces liens acheteur-vendeur est brisé par la pandémie ou les politiques de confinement, une chaîne de pannes en cascade s’ensuit. La pandémie de Covid-19 a révélé la vulnérabilité du système de production de nombreuses économies avancées, strictement tributaire de l’approvisionnement en produits industriels en général – aussi bien intermédiaires que finis – et spécialement en produits de santé provenant d’Asie.

Cette pandémie est un coup dur pour l’économie mondiale et européenne. Pour y faire face, la plupart des pays européens ont adopté de courageuses quarantaines et suspensions des activités. D’autre part, une réponse coordonnée et ferme des autorités était nécessaire. Ses contenus sont évidents. Dès le début, on a constaté la nécessité d’accorder des fonds publics importants aux services de santé, le besoin de prendre des mesures spécifiques pour soutenir les personnes, les entreprises et les communautés locales les plus touchées, et que les banques centrales ournissent une abondante liquidité. La phrase bien connue de Mario Draghi – « La Banque centrale européenne (BCE) est prête à faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l’euro » – est devenue le paradigme de l’action des banques centrales face à la nécessité de sauver des vies et de réduire l’impact de la pandémie sur l’économie.

This article is reserved for paid subscribers. Please subscribe to continue reading this article
Subscribe

 

 

 

[1] Cf. A. Tooze, « How coronavirus almost brought down the global fìnancial System », in The Guardian (www.theguardian.com/business/2020/apr/14/how- coronavirus-almost-brought-down-the-global-fìnancial-system), 14 avril 2020.

[2] Cf. X. Vives, « Europe’s New Definent Moment », Project Syndicate (www. project-syndicate.org/commentary/europe-must-seize-covidl9-opportunity-by-xavier-vives-2020-04), 10 avril 2020.

[3] Cf. P. Legrain, « A COVID-19 Marshall Pian far Europe », Project Syndicate (www.project- syndicate.org/commentary/european-union-covid-marshall-plan-by-philippe-legrain-2020-04), 10 avril 2020. Sur ce thème, Cf. aussi G. Sale, « Il Piano Marshall. Sarà un modo per affrontare la crisi del coronavirus ? », Civ. Catt. 2020 II 214-225.

[4] Cf. W. H. Buiter, « Germany’s Judges Declare War on the ECB », Project Syndicate (www.project-syndicate.org/commentary/german-constitutin-court-ecb-pp-ruling-by-willem-h-buiter-2020-05), 6 mai 2020.

[5] www.corriere.it/economia/finanza/20_maggio_08.

[6] Cf. G. Soros, « The EU should issue perpetuai bonds to fund the economie recovery from coronavirus », Project Syndicate (www.project-syndicate.org/commentary/ finance-european-union-recovery-with-perpetual-bonds-by-george-soros-2020-04), 20 avril 2020.

[7] Cf. S. Horn, J Meyer, Ch. Trebesch, « Coronabonds : The forgotten history of European Community debt », VoxEU (voxeu.org/article/long-runview-coronabonds-debate), 15 avril 2020.

[8] Cf. J. E. Stiglitz, « World must combat looming debt meltdown in developing countries », The Guardian (www.theguardian.com/business/2020/ apr/07/world-must-combat-looming-debt-meltdown-in-developing-countries-covid-19), 7 avril 2020.

[9] Cf. P. Bolton et al., « The Necessity of a Global Debt Standstill that Works », Project Syndicate (www.project-syndicate.org/commentary/ covidl9-debt-standstill-must-include-all-private-creditors-by-patrick-bolton-et-al-2020-04) 23 avril 2020 ; G. Brown – L. A. Summers, « Debt relief is the most effective pandemie aid », Project Syndicate, 15 avril 2020.

[10] L’auteur remercie José Ramón Espinola, qui a collaboré à la rédaction de cet article.