LA CATÉCHÈSE DU « BON PASTEUR »
Published Date:12 novembre 2020

La catéchèse du Bon Pasteur est née vers les années 50 à Rome grâce au travail de Sofia Cavalletti, bibliste et spécialiste du judaïsme, et Gianna Gobbi, une éducatrice Montessori, qui se sont réunies pour préparer un petit groupe d’enfants à la première communion. Elles avaient été invitées à le faire par Adele Costa Gnocchi, l’une des collaboratrices les plus clairvoyantes de Maria Montessori, qui avait ouvert un « Maison d’enfants » dans le centre de Rome pour l’éducation des enfants.

This article is reserved for paid subscribers. Please subscribe to continue reading this article
Subscribe

 

 

[1] Cf. M. Montessori, La scoperta del bambino, Milan, Garzanti, 1950, 288 s. ; édit. fr. La découverte de l’enfant. Pédagogie scientifique, vol. 1, Paris, Desclée de Brouwer, 2016.

[2] Ibid., 325.

[3] Cf. Concile œcuménique Vatican II, Gravissimum educationis, nº 3.

[4] M. Montessori, I bambini viventi nella Chiesa, 1922, maintenant dans : Id., Opere di Maria Montessori, Milan, Garzanti, 1970, 12. Les deux autres ouvrages sont : La vita in Cristo, de 1931, et La Santa Messa spiegata ai bambini, de 1932.

[5] S. Cavalletti, « Introduzione », dans : M. Montessori, Opere di Maria Montessori, 5 s.

[6] S. Cavalletti, Il potenziale religioso del bambino. Descrizione di un’esperienza con bambini da 3 a 6 anni, Rome, Città Nuova, 1979, 35.

[7] Cf. Conseil Pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, Directoire général pour la catéchèse, Cité du Vatican, LEV, 2020, nos 91-94.

[8] Id., La catechesi del buon Pastore. Antologia di testi scelti, édit. par F.-P. Cocchini, Bologne, EDB, 2015, 30.

[9] Ibid.

[10] C’est pour diverses raisons que l’on demande de fabriquer le matériel de ses propres mains : pour aider à l’absorption personnelle du contenu ; pour lutter contre l’efficacité, la hâte, le consumérisme ; pour assumer un rythme de travail plus approprié à celui de l’enfant et au travail de l’Esprit en nous ; et, enfin, pour arriver à l’intégration entre la main, l’esprit et le cœur (cf. ibid., 59).

[11] Ibid., 113-118. Cf. Conseil Pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, Directoire général pour la catéchèse, nos 86-87.

[12] Ibid., 31.

[13] Cf. Conseil Pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, Directoire général pour la catéchèse, nos 95-98.

[14] Concile œcuménique Vatican II, Dei Verbum, nos 6 et 21.

[15] Parmi les éléments propres à la catéchèse, la centralité de l’Eucharistie et la manière dont elle est célébrée sont essentielles : ce sont les enfants eux-mêmes qui, avec l’aide de la famille, des catéchistes et du prêtre, discernent le moment pour la faire ; la retraite de préparation à la Première Communion dure quatre jours, du matin au soir, y compris le jour de la Première Communion, pour que les enfants ne soient pas trop tôt distraits de ce qu’ils ont vécu. La célébration de la première réconciliation est solennellement liée aux signes baptismaux de la robe blanche et la lumière et, quand il y a des catéchumènes, à la célébration du baptême. Cf. S. Cavalletti, La catechesi del Buon Pastore, 55-60.

[16] F. Cocchini, « La “catéchèse du bon Pasteur”, une application de la méthode Montessori », Communio, nº 262, 2019, 121 s.

[17] S. Cavalletti, Il potenziale religioso del bambino, 36.

[18] Ibid.

[19] Ibid.

[20] Id., Il potenziale religioso del bambino ; Id., Il potenziale religioso tra i 6 e i 12 anni. Descrizione di un’esperienza, Rome, Città Nuova, 1996 ; édit. fr. Le potentiel religieux de l’enfant : de 3 à 6 ans, Paris, Artège, 2017 et Le potentiel religieux de l’enfant : de 6 à 12 ans, Paris Artège, 2016.

[21] Id., La catechesi del buon Pastore ; cf. Les manuels pour la catéchèse : S. Cavalletti – G. Gobbi, « Io sono il Buon Pastore ». Guida per i catechisti e Album per i bambini, vols 1-5, Rome, Coletti, 1970 (réimpr. : Todi, Tau, 2007).

[22] S. Jean-Paul II, Exhortation apostolique Catechesi tradendae (1979), nº 6.

[23] C’est la tâche du catéchiste d’approfondir le message chrétien au moyen de la connaissance des sources biblico-liturgiques, de leur vie dans la tradition et des mouvements théologiques, œcuméniques et sociaux qui animent la vie de l’Église aujourd’hui; préparer et préserver l’atrium dans l’ordre, c’est-à-dire l’environnement où se déroulent les rencontres et où les enfants vivent l’expérience religieuse avec les adultes : ce doit être un lieu qui favorise la concentration, le silence, la contemplation de l’enfant et de l’adulte ; préparer le matériel personnellement, en faisant appel à des collaborateurs pour les domaines qui dépassent ses capacités (cf. S. Cavalletti, La catechesi del Buon Pastore, 59).

[24] Ibid., 14.