CONTRE LE TRIOMPHALISME ET LA MONDANITÉ SPIRITUELLE
Published Date:27 décembre 2021

 

La tentation du triomphalisme – le christianisme sans la croix – et sa forme plus subtile – la mondanité spirituelle – est difficile à reconnaître. S’il y a un thème qui revient avec une fréquence particulière dans le magistère de Bergoglio-François, c’est bien celui-là[1]. Dans l’exhortation apostolique Evangelii gaudium, François l’a mis noir sur blanc en prononçant le « non à la mondanité spirituelle ». L’alternative est entre une Église en mouvement pour évangéliser le monde et une Église envahie par la mondanité spirituelle : « C’est une terrible corruption sous l’apparence du bien. Il faut l’éviter en mettant l’Église en mouvement de sortie de soi, de mission centrée en Jésus Christ, d’engagement envers les pauvres. Que Dieu nous libère d’une Église mondaine sous des drapés spirituels et pastoraux ! Cette mondanité asphyxiante se guérit en savourant l’air pur du Saint-Esprit, qui nous libère de rester centrés sur nous-mêmes, cachés derrière une apparence religieuse vide de Dieu » (EG 97).

This article is reserved for paid subscribers. Please subscribe to continue reading this article
Subscribe