CONNEXION ET COMPASSION-Une réflexion biblique
Published Date:14 octobre 2020

Compassion et interconnexion

Dans le quatrième Évangile, Jésus parle souvent d’interconnexion, en termes « théologiques ». Dans Jn 15, il en parle comme « témoignage de l’Esprit », l’expliquant par la similitude, ou la comparaison, de la vigne et des sarments[1]. Jésus est la vraie vigne ; le Père, qui est le vigneron (v. l), coupe les sarments qui ne portent pas de fruits et taille (littéralement : « nettoie », kathairei) les sarments qui portent du fruit. Le verbe « nettoyer » dans le quatrième évangile apparaît en Jn 13,10, lors du lavement des pieds, quand Jésus dit à ses disciples : « “Celui qui a pris un bain n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds, et il est entièrement pur (katharos) ; et vous êtes purs, mais non pas tous”. En fait, il savait qui l’avait trahi ; pour cette raison, il a dit : “Vous n’êtes pas tous purs” »[2].

This article is reserved for paid subscribers. Please subscribe to continue reading this article
Subscribe

 

 

 

[1] Cf. Jn 6 ; 10 ; 17 ; Par exemple, pour M.-J. Lagrange, Évangile selon Saint Jean, Paris, J. Gabalda, 1948, 401, Jn 15 est une parabole transformée en allégorie. À la différence de Jn 10, en Jn 15, Jésus explique le rôle du Père, présenté comme vigneron (v. 1 ; cf. Mc 12, 1-12 ; 1 Co 3, 6-9). Le pape François mentionne souvent cette interconnexion. Il en a parlé, par exemple, au sujet de la Méditerranée : à la fois dans le discours de Posillipo, lors de la conférence sur « La théologie après “Veritatis gaudium” dans le contexte méditerranéen », et dans le discours de février dernier aux évêques rassemblés pour la rencontre de Bari, « Méditerranée frontière de paix ». Cf. S. Bongiovanni – S. Tanzarella (éds), Con tutti i naufraghi della storia. La teologia dopo Veritatis gaudium nel contesto del Mediterraneo, Trapani, Il Pozzo di Giacobbe, 2019, 221-232.

[2] Jn 13,10-11.

[3] Cf. Jn 19,30 ; 20,21-23 ; Rm 6.

[4] Per R. Schnackenburg, Il vangelo di Giovanni, vol. 3, Brescia, Paideia, 1981, « la coupe des sarments secs est alors développée comme motif d’avertissement (v. 6) : ce n’est pas tant une allusion au traître Judas, mais plutôt aux membres de la communauté qui ont donné de mauvaises preuves ou sont tombés dans l’hérésie, et leur exclusion (cf. 1 Jn 2,19) s’explique ici comme une action accomplie par Dieu ».

[5] Jn 15,6 ; cf. Is 40,7 ; Mt 13,24-30.36-43.

[6] Cf. Jn 12,31.

[7] Cf. Jn 13,35 ; 1 Jn 2,4.

[8] « Le lien entre “l’observance des commandements” et “l’amour” vient du langage du Deutéronome, comme on le voit surtout en regardant les chapitres 6-11 de ce livre, où s’exprime la théologie de l’alliance entre Dieu et son peuple (cf. Dt 7,9.12) » (J. Beutler, Il Vangelo di Giovanni, Rome, Gregorian & Biblical Press, 2016, 468).

[9] Cf. Lv 19,1-2 ; Mt 5,43-48.

[10] Cf. Jn 15,10 ; 14,15.21.23.

[11] Jn 15,12-14.

[12] Cf. Jn 15,12-13 ; 1 Jn 2,9-11 ; 3,11-18.23 ; 4,7.11-12.20-21 ; 5,1-2.

[13] Cf. Jn 13,34. Dans Jn 15,12-13 le commandement de l’amour mutuel (et de donner sa vie pour des amis, v.13) renvoie au sens du lavement des pieds, c’est-à-dire au don de la vie de Jésus (cf. 1 Jn 3,16). Le verbe « donner (la vie pour des amis) » (tithemi) de Jn 15,13 apparaît aussi en Jn 13,4 (et Jn 10,11), quand Jésus enlève (littéralement : « remet ») ses vêtements avant de laver les pieds des disciples, prophétisant ainsi le don de sa vie.

[14] Cf. Jn 15,18.

[15] Cf. Jn 8,23 ; 17,9.

[16] Cf. Mc 13,9-13.

[17] Cf. Jn 15,26 ; cf. Jn 14,16-17.25-26 ; 16,7 ; 1 Jn 5,6-7.

[18] Cf. Jn 1,17-18 ; cf. Gal 3,5.

[19] Cf. Jn 14,6.16.

[20] Cf. Jr 31,31-32 ; Ez 36,24-25.

[21] Cf. Mt 10,19-20 ; Mc 13,9.11 ; Lc 2,11-12 ; 21,13.

[22] Cf. P. Di Luccio, « Tradizioni dell’ultima Cena », Rassegna di Teologia 54 (2013/3) 391-416.

[23] Cf. Lc 22,20 ; Jn 18,11 ; Mt 20,22-23.

[24] Cf. Lc 22,20.

[25] Cf. R. L. Déaut, « Goûter le calice de la mort », Biblica 43 (1962) 82-86.

[26] Cf. Gn 49,11-12.

[27] Cf. Jn 15,2 ; Mt 15,13 ; 21,41 ; Lc 13,6-9 ; Rm 11,17.

[28] Cf. Rm 8,16-17 ; cf. Rm 5,1-5 ; Gal 3,29-4,7 ; 1 P 4,13 ; 5,1.

[29] Cf. Rm 8,18 ; Dn 7,21-22.25-27 ; 12,1-3 ; Jb 23,22-31 ; 1 QH 3,28-36.

[30] Cf. Mt 20,20-23 ; Mc 10,35-40.

[31] Cf. Jn 19,30 ; 20,21-23.

[32] François, Discours à la conférence « Théologie après » Veritatis gaudium « dans le contexte méditerranéen », Naples, 21 juin 2019.

[33] Cf. Jn 1,17-18.

[34] François, Gaudete et exsultate, nº 7.

[35] Cf. S. Ignace de Loyola, Exercices spirituels, nº 23.