OUZBÉKISTAN. Un pays clé en Asie centrale
Partagez cet article :
 
Ces derniers temps, dans les principaux pays de l’Asie centrale ex-soviétique, il y a eu un changement de pouvoir, c’est-à-dire le transfert de pouvoir des personnes qui dirigeaient ces pays alors qu’ils étaient encore présidents des partis communistes locaux à une nouvelle génération de dirigeants. Au Kazakhstan, le premier président Nursultan Nazarbaev a démissionné ; en Ouzbékistan, le changement de pouvoir s’est produit après la mort d’Islam Karimov, et le nouveau gouvernement a engagé une série de réformes qui portent leurs fruits maintenant surtout dans le domaine économique, en espérant qu’elles iront au-delà de la simple adaptation du système aux besoins du développement économique.

Bien que le peuple appelé « Ouzbek » n’occupe le territoire de l’Ouzbékistan moderne que depuis le 16ème siècle, le pays peut se targuer de milliers d’années d’histoire. Le Samarkand actuel a été fondé par les Perses au 7ème siècle. Le pays était au centre de la « route de la soie » et les marchands de la région étaient les véritables médiateurs du commerce entre la Chine et l’Occident, l’Iran, Byzance, le monde islamique et même l’Europe. De plus, l’Ouzbékistan est situé dans la région où une des plus anciennes civilisations du monde est née.

La naissance de l’Ouzbékistan dans ses frontières actuelles est le résultat de la politique de l’URSS et du commissaire du peuple aux affaires étrangères Joseph Staline, même si à cette époque il n’y avait pas de nation ouzbèke (pas plus qu’il n’y avait un Kirghiz ou un Kazakh). Aujourd’hui, la population d’Ouzbékistan est composée de descendants de Turcs et d’Iraniens, les Tadjiks, qui vivent dans la région de Samarkand et Boukhara et utilisent encore la langue iranienne.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021