LE MYTHE DE LA « VICTOIRE MUTILÉE ». 100 ans après la fin de la Première Guerre mondiale
Partagez cet article :
 
2018 marque le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale (1914-18). L’article traite de la « Bataille du Solstice », de la victoire des Italiens contre les Autrichiens à Vittorio Veneto et de la participation de l’Italie à la Conférence de paix à Paris. Cette victoire a été jugée « suffisante » à Versailles, où les « grands » se trouvaient rassemblés. En fait, les demandes de l’Italie n’ont été que partiellement acceptées. Gabriele D’Annunzio a inventé la célèbre expression « victoire mutilée » pour définir ce que l’Italie reçut en échange de 500 000 morts et un million de « mutilés ». La fin de la guerre n’apaisait pas le pays, mais marqua le début de nouveaux conflits sociaux et politiques qui, en quelques années, conduisirent l’Italie au fascisme.

Sept mois après la « défaite » de Caporetto, en juin 1918, les Autrichiens tentèrent de reproduire le succès de cette bataille historique en planifiant une attaque sur la ligne de défense italienne qui, suivant en grande partie le cours du Piave, allait du plateau d’Asiago à la mer. Alors que, la bataille sanglante entre les armées du général Ludendorff et celles alliées sur le front occidental, qui allait déterminer l’issue du conflit, avait déjà commencé, l’armée austro-hongroise (forte de 58 divisions contre les 57 divisions italiennes, dont 5 Franco-Britanniques), cette fois sans aide allemande, lança, le 12 juin 1918, une offensive majeure sur tout le front tenu par l’armée italienne. Le mot d’ordre était de traverser le Piave et, perçant le front ennemi à plusieurs endroits, arriver jusqu’à Milan.

Mais l’armée autrichienne, qui commit l’erreur de sous-estimer la force et la détermination de l’ennemi, se dispersa sur un front diversifié trop long (130 km) et ne réussit pas à « percer », sutout parce que les commandements suprêmes n’étaient pas parfaitement d’accord sur la tactique à adopter. L’attaque échoua à cause de la faiblesse de l’artillerie, utilisée de manière inefficace, et du manque de « l’élément surprise »
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021