LA FRATERNITÉ HUMAINE. Sa valeur transcendantale et programmatique dans l’itinéraire du pape François
Partagez cet article :
 
Dans l’itinéraire du pape François, la fraternité – le fait d’être frères – est une valeur transcendantale et a un caractère programmatique. Si on « passe par-dessus », en le prenant pour acquis, ou si on l’utilise à la légère, comme si dire « frères » suffisait pour éviter les tentations de l’indifférence, de la bureaucratie et de l’autoritarisme, cela signifie que l’on n’en a pas suffisamment scruté la richesse et la capacité à générer des dynamiques positives.

Nous utilisons sciemment l’expression évangélique de la parabole du Bon Samaritain « pour aller au-delà », car, si l’excuse du prêtre et du Lévite pour ne pas s’approcher de l’homme blessés était formelle – pour éviter d’être contaminé – il est néanmoins bon de se rappeler que la loi, tout en interdisant, par exemple, de « toucher » un cadavre, faisait exception pour les corps des membres de la famille proche. Insister sur une fraternité exprimée par des gestes concrets et l’approfondir nous permet de surmonter les fausses dichotomies.

La fraternité est le premier thème que le pape François évoqua le jour de son élection, lorsqu’il inclina sa tête devant le peuple et, définissant la relation entre évêque et peuple comme « un chemin de fraternité », exprima ce désir : « Prions toujours pour nous : l’un pour l’autre. Prions pour le monde entier afin qu’advienne une grande fraternité ».
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021