TOUT COUPLE EST UN JARDIN-Une perspective biblique
Partagez cet article :
 
La Bible s’ouvre sur un jardin, le jardin planté par Dieu en Éden (Gn 2,8), et se clôt sur l’évocation d’une ville-jardin, la Jérusalem céleste : « Au milieu de la place de la cité et des deux bras du fleuve est un arbre de vie produisant douze récoltes. Chaque mois il donne son fruit, et son feuillage sert à la guérison des nations » (Ap 22,2). En son exact milieu, la même Bible abrite également un jardin, celui du Cantique des Cantiques. Le « milieu » en question, il convient de le préciser, est celui de la séquence des livres dans la tradition catholique, reprise de la version grecque des Septante. Au centre du livre des livres ainsi organisé, dans le livret dont Rabbi Aqiva a dit qu’il était le « saint des saints » des Écritures, il est un jardin aux eaux vives et aux arbres en fleurs.

Le phénomène qui vient d’être décrit se répète à propos du couple humain. La Bible met en scène, dans ses premières pages, l’apparition du couple humain (Gn 2–3) ; elle fait entendre, dans ses dernières lignes, l’adresse de l’épouse à l’époux, de l’Église au Christ qui vient dans sa gloire : « L’Esprit et l’épouse disent : Viens ! » (Ap 22,17). Mais la Bible fait également entendre les voix croisées de l’aimée et de l’aimée au centre de son corpus, dans le sanctuaire qu’est le Cantique : « Que tu es belle, ma compagne ! » – « Que tu es beau, mon bien aimé ! » (Ct 1,15-16).
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021