LA LIBERTÉ DE L’HOMME EST-ELLE UNE « INVENTION » DE LA BIBLE ? Les personnages bibliques entre drame et tragédie
Partagez cet article :
 
En 1946, Erich Auerbach publia son ouvrage le plus célèbre : Mimesis. Dans le chapitre intitulé « La cicatrice d’Ulysse », il propose une juxtaposition originale entre les personnages bibliques et ceux du monde homérique. Partant de cette intuition, les études comparant l’Écriture à la littérature grecque, épique et tragique se sont multipliées.

Le héros, tel que la tragédie grecque nous le présente, est victime de forces qu’il ne peut ni contrôler ni comprendre. La vision tragique l’isole devant un monde arbitraire et capricieux.

Les personnages de l’histoire biblique sont-ils, eux aussi, déterminés par des forces qui les dépassent ou sont-ils vraiment libres et capables de changer dans l’intrigue narrative ? Selon certains spécialistes, le récit biblique présente des traits tragiques, car les personnages peuvent être accablés par une transcendance non bienveillante, mais hostile et défavorable, comme le roi Saul, opprimé par un mauvais esprit venant de Dieu (cf. 1 Sm 16,14.15.16.23 ; 18.10 ; 19.9), ou ils risquent de se retrouver victimes d’un destin arbitraire et injuste, comme Jephté, qui sera obligé de sacrifier sa fille unique à Dieu (cf. Jg 11,29-40).
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© Union of Catholic Asian News 2021