CES JEUNES QUI « VOLENT AVEC LES PIEDS ». Analyse de l’Exhortation apostolique « Christus vivit »
Partagez cet article :
 
Il est vivant et il te veut vivant ! C’est ainsi que s’ouvre la nouvelle Exhortation apostolique du pape François, signée le 25 mars 2019. L’exclamation résume le sens profond du texte qui porte le titre latin de Christus vivit. « Vie », « vivant », « vivre » sont des termes qui reviennent 280 fois dans le document, tout comme le mot « jeunes », qui est le mot-clé de l’Exhortation. Une vie vécue en plénitude : tel est le pivot autour duquel s’articule l’ensemble du discours de François sur les jeunes. Les pages défilent à un rythme soutenu, pleines d’énergie, comme pour secouer, pour littéralement « exhorter » à une vie pleine.

Dans un livre-interview intitulé Dieu est jeune, François a souligné que « la jeunesse n’existe pas. Inconsciemment, lorsque nous parlons de jeunesse, nous faisons souvent référence aux mythes de la jeunesse. J’aime à penser que la jeunesse n’existe pas et qu’à sa place il y a des jeunes ». Les jeunes ne peuvent être considérés comme une « caste » à part.

Bien sûr, nous pouvons dire avec saint Paul VI que l’âge de la jeunesse « ne doit pas être considéré comme l’âge des passions désordonnées, des chutes inévitables, des crises invincibles, des pessimismes décadents, des égoïsmes qui s’affichent ; être jeune est une grâce, un bonheur ». Et c’est une grâce et un bonheur réservés à tous, puisque nous sommes tous ou avons tous été jeunes. Parler des jeunes signifie donc parler de l’être humain. Au-delà de toute autre considération, l’Église éprouve l’instinct de bonheur et de plénitude de ceux qui s’ouvrent à la vie.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021