LES GILETS JAUNES : LES RAISONS DE LA COLÈRE
Partagez cet article :
 
Initié le 17 novembre 2018, le mouvement dit des ‘gilets jaunes’ a pris une ampleur considérable en France et a même suscité des imitateurs à l’étranger. En effet, au-delà d’un aspect assez étroitement conjoncturel, il révèle un malaise beaucoup plus profond et qui dépasse largement le cas français. C’est ce qu’observe la Conférence Episcopale dans sa courte déclaration du 11 décembre : la crise est « révélatrice d’un malaise très profond et très ancien, qui engendre une grave défiance envers les responsables politiques ».

Même s’il faut toujours rappeler que chaque pays a ses spécificités et son histoire propre, les sentiments d’inquiétude et d’angoisse des milieux populaires, en Europe comme en Amérique du Nord, sont une constante de ces dernières années. Ils sont à la source de ce que l’on appelle communément le populisme, avec toute l’ambiguïté que ce terme péjoratif porte avec lui. Il n’est donc pas ridicule de faire des analogies entre l’électorat du Brexit au Royaume-Uni, l’électorat de la Lega en Italie, celui de l’AFD en Allemagne et, surtout, celui qui a porté au pouvoir le président Trump aux États-Unis. Manifestement, les raisons de cette colère sont variées et ont des origines profondes. Que peut-on en dire alors que le mouvement français se poursuit?
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© Union of Catholic Asian News 2021