ENTRÉE EN VIGUEUR DU TRAITÉ SUR L’INTERDICTION DES ARMES NUCLÉAIRES
Partagez cet article :
 
Depuis sa fondation, l’ONU vise l’abolition des armes nucléaires. La première Assemblée générale des Nations unies a appelé « à interdire l’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires et à éliminer des armements nationaux, les armes atomiques et toutes autres armes importantes permettant des destructions massives ».

Dans l’encyclique Pacem in terris de 1963, le pape Jean XXIII indique que le but ultime de son appel au désarmement nucléaire est d’« interdire » ces armes. Peu de temps après, le président américain, John F. Kennedy, sortant à peine de la crise des missiles de Cuba, déclare que la paix mondiale, avec le désarmement nucléaire au centre, est « l’objectif rationnel et nécessaire de tout homme raisonnable ». En 1968, le Traité de non-prolifération (TNP) est ratifié, fruit des discussions entre experts soviétiques et américains, et à l’initiative du président américain Kennedy et du premier secrétaire soviétique Nikita Khrouchtchev. Il y est proposé « l’élimination des armes nucléaires, avec leurs vecteurs, de tous les arsenaux nationaux ».

En 2017, une conférence des Nations unies, par 122 voix pour, 1 voix contre et 1 abstention, a adopté le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Le Saint-Siège est le premier État à signer et à ratifier ce traité.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021