LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX EN ASIE. Un regard sur le passé pour comprendre l’avenir
Partagez cet article :
 
Au cours des dernières décennies, le dialogue interreligieux en Asie a été confronté à des défis pressants. Bien que de nombreux chefs religieux, organisations et penseurs se soient engagés de manière constructive et fructueuse, les religions, au niveau local, se limitent souvent à la coexistence plutôt qu’au dialogue ou à la collaboration. De plus, les tensions et les conflits, passagers ou prolongés, restent encore trop fréquents.

Deux raisons expliquent les difficultés rencontrées dans ce domaine. Premièrement, les conflits sont très rarement « simplement » religieux ; ils sont, en effet, généralement liés à des facteurs ethniques, politiques, économiques et sociaux. Deuxièmement, les croyants ont instinctivement tendance à mettre l’accent sur la spécificité de leurs croyances et de leur style de vie, plutôt que d’accepter que d’autres expériences de foi soient exprimées ensemble avec les leurs. Pourtant, chacun sait que le développement social, culturel et politique de l’Asie dépend en grande partie de la manière dont les traditions et les communautés religieuses de ce continent pourraient non seulement coexister mais aussi coopérer.

Dans cet article, nous essaierons d’offrir quelques perspectives sur l’avenir du dialogue interreligieux en Asie, en considérant en premier lieu « les racines du passé » et pas seulement l’expérience des dernières décennies. La distance peut nous aider à évaluer les problèmes sous un autre angle et à esquisser un genre de « projet » sur la façon dont un tel dialogue pourrait évoluer dans le contexte asiatique.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021