LE CONFLIT ISRAÉLIEN SUR LA BANDE DE GAZA
Partagez cet article :
 
La Laylat al-Qadr (« Nuit du destin ») est l’un des moments forts de la vie de Jérusalem. En temps normal, des centaines de milliers de musulmans affluent de toute la Palestine et d’Israël vers Haram al-Sharif (le Noble Sanctuaire, un grand complexe dans la Vieille Ville, qui comprend le Dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa) pour y célébrer cette nuit sainte.

La nuit commémore la première révélation du Coran au prophète de l’Islam, Mahomet. Elle est célébrée chaque année, vers la fin du Ramadan – le mois du jeûne –, et les musulmans de Terre Sainte l’attendent avec trépidation de passer cette nuit priant et méditation en communauté au sein de l’enceinte sacrée. La quatre-vingt-dix-septième sourate du Coran décrit la Laylat al-Qadr comme « meilleure que mille mois » et poursuit : « En elle descendent les anges et l’Esprit avec la permission de leur Seigneur pour [réparer] chaque décret. C’est la paix, jusqu’à l’aube ». Mais cette année, où la Laylat al-Qadr est tombée le 8 mai, il n’y a pas eu de paix et les rêves de beaucoup ont été brisés par la nouvelle explosion de violence qui a englouti une grande partie d’Israël et de la Palestine.

Bien que les flambées de violence ne surprennent pas ceux qui vivent au cœur de ce fléau non traité qu’est le conflit ente Israël et Palestine, cette fois l’ampleur et l’intensité de la violence méritent de l’attention.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021