LE DÉFI CULTUREL DES JEUX VIDÉO
Partagez cet article :
 
Le thème du jeu, dans sa dimension sérieuse ou divertissante, d’aide ou d’évasion, a été amplement débattu au cours du temps, bien avant l’apparition des jeux vidéo. Ces derniers remettent en question à un niveau plus complexe et diversifié les termes du problème. Quelle que soit l’appréciation finale, les études les plus rigoureuses concordent à relever la fascination que le jeu exerce pour quiconque aurait éprouvé un tant soit peu de familiarité avec lui. Et vu la manière dont il peut être excitant, naturellement en vue des objectifs les plus divers et éminents.

On s’est par exemple demandé comment il se faisait qu’un garçon ou un adolescent qui paraît incapable de concentration devant un texte épique, poétique, historique, ou incapable de résoudre un exercice de mathématiques de difficulté moyenne, voire faible, soit au contraire en mesure de rester devant un ordinateur ou une tablette pour s’atteler à des tâches intellectuellement exigeantes et qui ont souvent affaire aux mêmes disciplines enseignées en classe. Mener à terme un jeu vidéo de niveau moyen demande, pour un expert, entre 30 et 100 heures, sans parler des connaissances spécialisées ; pour celui qui est un débutant, le nombre d’heures augmente de manière exponentielle. Et pourtant les jeux vidéo sont vendus par millions d’exemplaires à un nombre d’utilisateurs de tout âge, et sont en croissance constante.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© Union of Catholic Asian News 2021