« ANDREÏ RUBLEV », UNE PASSION RUSSE DU XVe SIECLE
Partagez cet article :
 
Moine et peintre contemporain de notre Fra Angelico, mais ayant vécu dans un contexte socioculturel complètement différent, Andreï Rublev (env. 1370 — env. 1430) élève à son niveau le plus élevé la recherche séculaire de la peinture russe qui, dans le cadre de la tradition byzantine, rigide et hiératique, offrait le son d’une voix modulée, originale, capable d’adhérer aux exigences expressives d’une nouvelle époque, qui n’était peut-être encore pas vécue entièrement, mais qui était en quelque sorte pressentie et annoncée.

Andreï Rublev travailla dans plusieurs églises et monastères de Moscou et des environs. Il laissa des chefs-d’œuvre, en particulier dans le monastère de la Trinité-Saint-Serge.

L’époque était d’une cruauté effroyable. Aux incursions des Tartares venaient s’ajouter les luttes continuelles entre les princes russes, qui souvent faisaient alliance avec les Tartares contre leurs rivaux. Faim et peste complétaient le cadre des souffrances infligées au peuple russe, qui parvenait à les supporter avec une patience digne de Job.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021