ABUS D’AUTORITÉ DANS L’ÉGLISE-Problèmes et défis de la vie religieuse féminine
Partagez cet article :
 
L’Église a traité la question des abus à plusieurs reprises, y compris ces derniers temps, tant au niveau de la réflexion que des mesures et protocoles opérationnels. Cependant, l’intérêt à ce sujet s’est concentré principalement sur les abus sexuels et psychologiques sur des mineurs par des ministres de l’Église, en particulier les prêtres. Ce sont sans aucun doute les aspects prépondérants, mais ils ne sont certainement pas les seuls.

Un thème qui, jusqu’à présent, n’a pas reçu assez d’attention est l’abus au sein des Congrégations féminines. Il ne prend généralement pas la forme de violences sexuelles et ne concerne pas les mineurs ; cependant, il n’est pas moins grave et lourd de conséquences considérables. L’expérience pastorale et des entretiens sur le sujet ont montré qu’il s’agit surtout d’abus de pouvoir et de conscience.

Le vent de renouveau suscité par le concile Vatican II et le magistère postconciliaire n’a pas été accueilli de la même manière dans les diverses Congrégations religieuses. Certaines ont lancé un travail difficile mais efficace d’actualisation et de réforme ; d’autres, au contraire, n’ont pas réussi à le faire, soit par manque de force, soit parce qu’elles étaient convaincues que les coutumes d’usage jusqu’alors pourraient encore constituer le mode de gouvernement idéal. Malheureusement, l’histoire enseigne que, sans l’effort de concertation et la recherche de voies nouvelles, la fraîcheur du charisme risque d’être perdu, ce qui entraîne un lent mais imparable déclin.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021