LA LETTRE AUX GALATES-« La vérité de l’Évangile »
Partagez cet article :
 
La Lettre aux Galates est un document exceptionnel du Nouveau Testament : elle a été écrite par Paul dans un moment de grande angoisse, car une communauté fervente, que l’Apôtre avait fondée avec grande douleur et envers laquelle il est resté très affectueux, se retrouve complètement pervertie par des « judaïsants ». Ceux-là sont des gens issus du peuple d’Israël qui ont accepté la foi en Jésus-Christ mais sans abandonner l’observance de la Loi, des traditions juives et la circoncision comme conditions indispensables du salut. Pour eux, c’est au fond la Loi qui sauve et pas le Christ, qui reste une figure marginale dans l’économie du salut.

Pour la première fois dans l’histoire, la Lettre aux Galates aborde cette situation nouvelle et très délicate qui, pour l’Église naissante, constitue une question de vie ou de mort. Les judaïsants obligent Paul à réfléchir sur un point essentiel : faut-il devenir juif pour être chrétien ? L’apôtre a une prise conscience graduelle mais tranchante, qui culmine dans le chapitre 3 de la lettre et sera fondamentale pour l’annonce de l’Évangile : « Vous tous qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ. Il n’y a plus ni Juif ni Grec ; il n’y a plus ni esclave ni homme libre ; il n’y a plus ni homme ni femme, car vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus ».

C’est aussi, en termes absolus, la première réflexion sur la valeur de la foi pour le salut. Les Évangiles sont venus plus tard et ont été écrits à la suite du travail de pionnier effectué par l’Apôtre. D’où le caractère passionné de la Lettre, son développement dense et violent.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021