LES ÉMOTIONS ET LES AFFECTIONS DE JÉSUS-Une analyse des évangiles synoptiques
Partagez cet article :
 
Dans le roman d’Umberto Eco Le nom de la rose, le moine aveugle Jorge de Burgos, citant Jean Chrysostome, soutient que « le Christ n’a jamais ri ». Cette déclaration péremptoire semble non seulement exclure catégoriquement que Jésus de Nazareth puisse rire, mais met aussi en question son humanité, qui implique la capacité de participer à la totalité de l’expérience humaine, y compris la possibilité de vivre toute la gamme des affections et des émotions. Au contraire, comme le rappelle la Constitution pastorale Gaudium et spes (GS), « le Fils de Dieu […] a travaillé avec des mains d’homme, il a pensé avec une intelligence d’homme, il a agi avec une volonté d’homme, il a aimé avec un cœur d’homme. Né de la Vierge Marie, il est vraiment devenu l’un de nous, en tout semblable à nous, hormis le péché » (GS 22).

En fait, les Évangiles nous présentent un portrait très humain de Jésus, capable de se réjouir et de pleurer, d’être ému et en colère, de s’indigner et d’aimer, de s’étonner et de ressentir de l’angoisse. Il se définit comme « doux et humble de cœur » (Mt 11, 29), mais il brûle aussi de zèle lorsqu’il chasse les vendeurs hors du temple avec véhémence.

Dans cet article, nous essaierons donc d’ouvrir une fenêtre sur l’intériorité de Jésus telle qu’elle nous a été transmise par les Évangiles synoptiques. La description la plus vivante et la plus nuancée des émotions et des affections de Jésus se trouve dans l’Évangile de Marc, tandis que Matthieu et Luc sont plus sobres, mais non moins significatifs, dans ce qu’ils disent de l’intériorité du Fils de Dieu.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021