LE CAPITAL SOCIAL. Une ressource insipensable pour la qualité de vie
Partagez cet article :
 
L’être humain fait preuve d’une remarquable capacité de réaction face à des événements négatifs. Comme l’attestent certaines recherches, les conséquences d’un traumatisme dépendent en grande partie de la manière dont une personne le lit, de son monde de valeurs, et surtout de si elle se trouve seule à le faire ou si elle a quelqu’un à ses côtés en mesure de l’aider. L’homme est un être politique, affirmaient les anciens ; la dimension communautaire constitue l’une de ses principales formes de protection : « Les communautés qui possèdent un système de valeur robuste savent très bien affronter les désastres et les conflits violents. »

Il s’agit d’un discriminant fondamental, qui est confirmé par les recherches menées dans des lieux ravagés par les guerres et les cataclysmes ; le soutien de la communauté, des valeurs et des traditions qui sont les siennes apporte de la force à ses membres et un démenti au postulat individualiste de l’homme qui se « fait tout seul ». À l’inverse, une vie solitaire dépourvue de problèmes s’avère être plus dangereuse pour la santé qu’un événement tragique, mais vécu avec le soutien de liens forts et profonds. Les statistiques qui portent sur les comportements suicidaires des adolescents et des jeunes enregistrent précisément des pics plus élevés dans les sociétés bien organisées et efficaces, mais extrêmement pauvres sous l’aspect relationnel, communautaire et des valeurs.

Mais quels sont les éléments qui contribuent à la santé d’une communauté ? Robert Putnam, un politologue américain, les a résumés sous le terme « capital social » : un bien indispensable qui, de la même manière que les banques et les centres d’investissement, est à la base de la richesse d’une société vue sous l’angle de la qualité de la vie.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© Union of Catholic Asian News 2021