FOI ET GNOSE
Partagez cet article :
 
Lorsque nous avions traité de la gnose il y a quelques années, nous avions clairement mis en doute deux opinions contemporaines à son sujet. Les catholiques qui se plaignent de la mauvaise réception de Vatican II ou de son refus dans certaines parties de l’Église interprètent les positions anti-gnostiques actuelles comme le paravent derrière lequel se cache la résistance intégriste au Concile.

Pour les agnostiques, en revanche, ces positions expriment la prise de conscience de l’échec de ces catholiques qui considèrent que l’enseignement du magistère de l’Église est ignoré dans l’espace public et pour cela ils ont inventé l’épouvantail de la gnose. Les deux sont des opinions dangereuses tant sur le plan culturel que théologique. Nous voulons ici réitérer le danger pour la foi de la renaissance de la gnose.

« Le fait que nous assistions aujourd’hui à un réveil de la gnose semble être un fait acquis, trop de voix atteste de ce retour. »

Si la reviviscence de la gnose est phénoménologiquement acquise , le problème historiographique reste ouvert. Existe-t-il une relation entre la gnose contemporaine et la gnose classique des IIe-IIIe siècles après Jésus-Christ, qui, dans la culture occidentale, constitue le critère et la référence des formes de gnoses ultérieures ? Filoramo répond négativement à la question.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© laciviltacattolica.fr 2021