LA PENSÉE DE GASTON FESSARD-Exercices spirituels et actualité historique
Partagez cet article :
 
L’œuvre de Gaston Fessard (1897-1978) est d’une puissance spéculative peu banale, mais aussi d’une grande humanité. Entré au noviciat jésuite en 1913, il connut la guerre 14-18 ; jeune soldat, il fut envoyé au front, au fameux « chemin des dames » où les armées françaises et allemandes s’affrontèrent en laissant derrière elles des centaines de milliers de morts (en avril 1917). Cette « expérience » de vie et de mort façonna l’intelligence de Fessard.

Il fit ses années d’études philosophiques à Jersey, une île au large de la Normandie, territoire anglais (les lois françaises de 1905 qui séparaient l’Église et l’État ont imposé cette solution à la Compagnie), où il vécut avec plusieurs compagnons qui devinrent célèbres, Henry de Lubac par exemple. La formation donnée à Jersey n’était pas sans ennuyer ou lasser.

La philosophie de Francisco Suarez qui y était enseignée était traditionnelle dans les scolasticats de la Compagnie, mais elle ne parvenait plus à nourrir les jeunes intelligences venues de situations humaines dont les consciences ne pouvaient mettre les drames entre parenthèses. D’ailleurs, les cours étaient devenus éclectiques ; les enseignants étaient peu cohérents les uns avec les autres.
Obtenez l'édition numérique de La Civiltà Cattolica et lisez les meilleurs chercheurs de l'Église qui interprètent l'histoire, la politique, la culture, la science et l'art à la lumière de la foi chrétienne.
© Union of Catholic Asian News 2021