Revue de culture fondée
en 1850

L’ÉGLISE ET LE GOUVERNEMENT CHINOIS Interview du père Joseph Shih
Partagez cet article       
J’ai rencontré le père Joseph Shih à la conciergerie de la résidence des jésuites « San Pietro Canisio », à deux pas du Vatican. La Civiltà Cattolica a déjà publié deux de ses articles, mais je ne l’avais jamais rencontré. C’est un homme de 90 ans qui m’accueille avec amabilité, avec le sourire. Son visage porte les traces des nombreuses histoires vécues. Mais les signes qui demeurent évoquent une expérience de sérénité, de paix profonde.

Je lui demande de me parler de lui, je veux qu’il me parle de lui. « Mes parents avaient cinq fils et cinq filles. Tous sont nés et ont grandi à Shanghai », me dit-il. Et il poursuit : « Moi je suis né à Ningbo et j’ai passé mon enfance avec ma grand-mère maternelle, à la campagne. Je ne me souviens plus quand je suis arrivé à Shanghai. Je me souviens que j’ai étudié à l’école Saint-Louis et au collège Saint-Ignace, à Zi-Ka-Wei. J’allais à la messe chaque jour dans l’église paroissiale. Après l’attaque de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941, les jésuites canadiens qui travaillaient à Xuzhou se regroupèrent dans la résidence de Zi-Ka-Wei. Certains d’entre eux venaient régulièrement à la messe dans ma paroisse. Lorsqu’en 1944, je terminai mes études au collège Saint-Ignace, j’avais déjà mûri le désir de me faire jésuite. Je suis entré dans la compagnie de Jésus le 30 août 1944. J’ai été ordonné prêtre le 16 mars 1957 aux Philippines. »
© laciviltacattolica.fr 2024
Suivez-nous       
Cliquez ici pour vous désabonner