BREXIT. LE LABYRINTHE ANGLAIS
Last Updated Date : 5 février 2021
Published Date:29 mai 2020

Partons d’une affirmation évidente : l’affaire du Brexit est une affaire essentiellement politique. C’est une décision souveraine du Royaume-Uni (UK) par laquelle ses citoyens ont choisi quelles relations ils veulent avoir dans l’avenir avec l’Union européenne (UE). Cette résolution une fois prise, il reste aux Britanniques à négocier avec l’UE et à formaliser les conditions de leur sortie, c’est-à-dire ses différents aspects. C’est une application de la souveraineté et de la capacité à négocier du gouvernement d’un pays libre au nom de ses citoyens. Cela dit, il faut considérer deux autres affirmations :

• La politique britannique, une fois prise la décision d’abandonner l’UE lors du référendum de juin 2016, est entrée dans un labyrinthe dont elle semble incapable de sortir. Elle a été piégée par la question irlandaise et les computations parlementaires.

• L’aspect économique est une composante fondamentale du Brexit. Tant pour les Britanniques que pour les Européens, les conséquences pratiques de cette décision historique seront considérables. En effet, elles sont déjà estimées pour chacun des scénarios futurs prévisibles. En tout cas, on peut repérer et décrire les effets de la politique économique, lesquels cependant ne coïncident pas nécessairement avec l’évaluation que peut en donner une autorité normative, celle à qui revient la décision. Un Britannique peut choisir le Brexit tout en sachant que cette option comporte un certain nombre de difficultés, et préférer un Royaume-Uni plus pauvre dans un premier temps, mais non soumis à ce qu’il considère une position de vassal – pour lui inacceptable – vis-à-vis de Bruxelles.

La décision n’est pas seulement économique, mais elle reflète un net choix de vie : un choix qui ne peut pas ne pas être conscient de ce qu’implique le leave. Par là l’UK perd son accès au Marché unique européen, et cela équivaut à une réduction, au moins à moyen terme, du degré d’ouverture de son économie (diminution de la mobilité des biens, services, capitaux et personnes), avec des conséquences évidentes : réduction du niveau d’activité et augmentation des prix. Voilà quel sera le coût immédiat de l’abandon de l’UE. L’avenir dira ce que seront capables de faire les Britanniques. En ce moment ils se trouvent confrontés à un grand défi.

This article is reserved for paid subscribers. Please subscribe to continue reading this article
Subscribe